Jour 1- Orly

Après le stage « Kinésiologie et Musique » dans un Espace-Temps différent, privilégié, me voilà expulsée dans « le monde », ou ce qu’il en reste. Aéroport d’Orly. Hotel Ibis, en attendant mon vol.

Accueil par une jolie demoiselle (je crois) aux yeux pétillants, chapeau « père Noël » et pull assorti. On bavarde à travers les masques, gentiment, joyeusement. Le silence autour est impressionnant. L’espace et la hauteur de plafond, toutes les surfaces lisses renforcent cette impression d’isolement. La chambre me fait penser à l’hôpital. Désinfectée, tous les textiles protégés, oreillers sous plastique.

Le clou du spectacle : Petit déjeuner tout emballé, en « self-service » sous plastique. Chacun dans sa chambre, les petits sacs en papier au pied des portes de chambre tout le long du couloir. Comme si on attendait Saint-Nicolas (en Belgique on met ses chaussons pour que Saint Nicolas y dépose un jouet ou des bonbons pendant la nuit…). Mais non. On attend que quelqu’un nous dise qu’on peut se regarder à nouveau, sentir la présence et reconnaître les émotions sur les visages que l’on croise.

Heureusement il y a la musique. Dans le hall, une musique chaleureuse de Noël, qui empêche que l’on devienne tous fous. Je m’aperçois que je m’accroche au son de l’ascenseur arrivé à son étage. Alors je me mets à chanter, quelques larmes aux yeux. Je fredonne dans le couloir en claquant la pulsation ou le contretemps avec les doigts. Mon sac de petit-déjeuner dans l’autre main.

Je me berce en attendant de me réveiller de ce cauchemar.